Généralités

Des déplacements innovants et durables :

Les déplacements constituent l’expression d’une certaine forme de liberté. Ils ne constituent pas néanmoins une fin en soi. Ils répondent aux besoins de réaliser une activité. Ils sont en ce sens révélateurs des évolutions socio-démographiques de la population ainsi que de ses modes de vie.

 Les territoires sont continuellement façonnés, aménagés, repensés pour répondre aux évolutions de nos déplacements ainsi qu’aux nouvelles formes de mobilité, matérielles et immatérielles.

 La capacité et le droit à se déplacer constituent un enjeu social de 1er ordre, car ils sont déterminants pour assurer à chacun la possibilité d’accéder aux emplois, aux services, aux équipements ainsi qu’aux loisirs.

 Mais nos besoins de déplacement doivent répondre à d’autres enjeux également. La dimension environnementale de la mobilité des biens et des personnes doit occuper aujourd’hui une place croissante dans les considérations de tout un chacun. Les déplacements seront ainsi voués à s’adapter encore pour répondre aux problématiques énergétiques, aux questions de pollution et d’émission de gaz à effet de serre afin de préserver l’environnement et la santé publique.

 La recherche d'une mobilité durable constitue un enjeu partagé par l’ensemble des collectivités en charge des transports en Haute-Normandie. Limiter au possible les effets néfastes des déplacements ainsi que les contraintes généralement attribuées aux transports publics, tout en favorisant le développement des activités économiques et les services proposés aux usagers, constituent la ligne directrice des 15 collectivités partenaires dans ce domaine.

Aujourd’hui, le voyageur doit pouvoir rechercher un trajet de porte à porte par le biais d’un seul et même système d’information, passer d’un mode de transport à un autre sans contrainte et emprunter successivement, selon ses besoins, des trains, des autocars, des tramways, etc. tout en possédant un titre unique de transport.

 L’intermodalité, en connectant les modes de transport entre eux, est donc au cœur des potentiels d’amélioration des transports publics.

Intermodalité, qu’est-ce que c’est ?

L’intermodalité est un concept qui décrit l'utilisation successive de plusieurs modes de transport au cours d'un même déplacement. Elle vise à proposer au voyageur un trajet continu, par delà même le terminus d’une ligne par exemple, en rassemblant sur un même site tous les modes de déplacement mis à disposition.

L’intermodalité induit la fluidité du déplacement et tout ce qui y concourt : interopérabilité, signalétique, billettique, accessibilité, information en temps réel, sécurité et confort.

Faciliter les conditions de voyage pour qu’elles ne deviennent pas un vrai casse-tête, tel est le challenge des collectivités en charge des politiques de déplacement en Haute-Normandie.

Il ne faut pas confondre l’intermodalité avec le terme de multimodalité qui permet de recourir à plusieurs modes de transports pour effectuer le même trajet.

Le passage d'un mode à un autre s'appelle la rupture de charge ou correspondance.

Les  pôles d'échanges désignent les lieux où l'on change de mode de transport.

Les leviers de l’intermodalité

Pour que le passage d'un mode de transport à un autre s’effectue dans de bonnes conditions, l'Autorité Organisatrice des Transports (AOT) doit agir à plusieurs niveaux :

• aménagement des espaces dans les gares, les stations de tramway et les arrêts de bus afin qu’ils soient sûrs, pratiques d’usage, et faciles à parcourir ;

• coordination des horaires des différents modes de transport pour faciliter les correspondances ;

• information du voyageur (horaires, itinéraires, correspondances) tout au long de son trajet ;

• coordination des tarifs et mise en place d'une billettique commune.

Bref, les collectivités doivent créer des « solutions de bout en bout », afin d’offrir une réelle alternative à la voiture individuelle.

Transport qui fait quoi ? Un morcellement institutionnel

La loi d’orientation sur les transports intérieurs (LOTI) du 30 décembre 1982 répartit la compétence transports publics entre les différents échelons de collectivités, appelées Autorités Organisatrices des Transports (AOT).

Ainsi sur le territoire de la Haute-Normandie, nous retrouvons en tant qu’organisateurs des transports :

• la région, en charge des transports ferroviaires régionaux et des transports routiers par autocar d’intérêt régional ;
• les départements de la Seine-Maritime et de l’Eure, en charge des transports interurbains départementaux ;
•  les 5 villes (Bernay, Bolbec, Fécamp, Les Andelys et Pont-Audemer) et les 6 agglomérations de Haute-Normandie (la CREA, la CODAH, la CAPE, la CASE, Dieppe-Maritime, Grand Evreux Agglomération) qui sont toutes AOT sur leur Périmètre de compétence (Périmètre de Transports Urbains -PTU-).

La compétence transport nécessite ainsi une parfaite coordination entre ces différents réseaux pour proposer une offre globale de déplacements maximisant les possibilités d’interconnexions.

Une nécessaire coopération des AOT : Un changement d’état d’esprit est venu souffler en Haute-Normandie !

Consciente de la forte imbrication des moyens de déplacements sur leur territoire, chaque collectivité a compris qu’il était important de composer avec les autres acteurs institutionnels pour offrir une démarche d’intermodalité unique en France, baptisée Atoumod’.

La volonté de coopération des 15 AOT haut-normandes permet d’apporter le service global de transport publics le plus efficace possible.